Que ce soit pour une randonnée d’une journée ou pour une grande randonnée qui dure plusieurs jours, il faut s’alimenter. Comme l’organisme puise considérablement dans ses réserves au cours d’un effort physique, le randonneur doit s’arrêter de temps en temps pour se nourrir. Par ailleurs, pour survivre pendant une période assez longue dans la nature, il ne faut pas négliger le besoin en apports nutritionnels et en eau.

Se préparer dès la veille

La veille du départ en randonnée, il est recommandé de consommer des aliments riches en glucides et en protéines. Les pâtes et le riz sont à privilégier au cours des repas. Des légumes, de la viande, du poisson, des fruits et des gâteaux sont à répartir dans le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner. Bien sûr, on prend aussi du yaourt, du lait, de l’eau, du jus de fruits. Le petit déjeuner doit être copieux et complet ; il faut faire en sorte de ne pas se sentir affamé lorsque l’heure du déjeuner approche. Les glucides lents sont à consommer plutôt que le sucre pur car celui-ci est absorbé très rapidement, ne sera donc pas stocké dans le foie et dans les muscles.

Ce qu’il y a à emporter durant la marche

Il faut penser à apporter des encas pendant la randonnée. Il est donc nécessaire de s’arrêter de temps en temps pour pouvoir se nourrir et prendre de l’énergie. On peut mettre dans le sac : des fruits secs, des barres protéinées, des berlingots de lait concentré, des biscuits, des compotes de poche. Pour la pause de midi, il faut prévoir un pique-nique équilibré qui comporte des glucides complexes comme le pain, des protéines comme les œufs durs, le jambon, le fromage, le saucisson. Il ne faut pas oublier de boire beaucoup d’eau et manger des fruits. Le déjeuner se constituera d’éléments énergisants mais il ne doit pas être trop copieux sinon on aura du mal à reprendre le rythme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *