Le toit du monde, c’est le mont Everest ; il appartenant à la chaîne de l’Himalaya. Le site a fasciné les hommes depuis de nombreux siècles. Dans les vieux textes indiens, les écrits disent qu’il s’agit d’un lieu habité par des dieux et des génies. Lorsqu’on parle du toit du monde, on pense à l’Everest, à la chaîne de l’Himalaya mais aussi au Tibet, au Bhoutan, à l’Inde du Nord et au Népal. Ce sont des territoires gigantesques et majestueux mais aussi diversifiés. Toute la zone est appelée « aire himalayenne ».

La chaîne abrite 14 plus hauts sommets du monde

L’aire himalayenne abrite 14 plus hauts sommets du monde culminant tous à plus de 8000 mètres d’altitude. Dans le Népal, il n’y en a pas moins de huit. Quant au vaste territoire du Tibet qui se place à plus de 4000 mètres d’altitude lors de la surrection de l’Himalaya, il est le plateau le plus grand et le plus élevé de la planète. C’est au Tibet que se trouve le Changtang, surnommé « Grande plaine du Nord », connu pour être la plus vaste zone écologique vierge, après l’Antarctique. L’aire himalayenne bénéficie alors des plus grands plateaux, plus hauts sommets, plus vaste zone écologique et certainement les paysages les plus majestueux.

Le mont Everest

Le mont Everest est à 8848 mètres de hauteur. Il représente un site particulièrement apprécié par les alpinistes qui viennent en masse durant les 25 jours où il est accessible pendant l’année. Pas moins de 200 personnes tentent de le franchir au cours de cette période. Mais, la montagne est très inhospitalière à cause des conditions polaires qui la dominent ; on lui attribue alors le surnom de « Troisième Pôle ». Quoi qu’il soit, l’Everest offre, pour tous ceux qui parviennent à le gravir, des panoramas hors du commun. La nature y est exceptionnelle et tellement généreuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *